French (Fr)English (United Kingdom)

Essentia

 

Depuis plus de vingt-cinq ans, je parcours le monde avec une chambre 
photographique pour témoigner de la diversité de l'Homme, de cette richesse qui les unit au-delà de leur localisation, de leur language ou de leur religion. 
Ce travail propose de plonger dans les regards et de s'interroger sur la conscience de soi et des autres.

Denis Félix

 

 

« Denis Félix peint en noir et blanc l’essentiel et le non-dit » Bernard Giraudeau

Après ses cinq années de médecine, Denis Felix se lance dans la photographie. Mode, publicité, rédactionnel, édition, expositions de commandes (Hermes, EDF...) et séries personnelles s’enchainent alors rapidement avec une spécialisation, le portrait réalisé à la chambre 4x5.

De ses voyages en Europe, Afrique, Asie et Amérique, l’exposition Essentia regroupe 6 images issues de sa série « Immersion » imprimées sur alumigramme* où se dessine une approche singulière, celle de la mise en lumière du mystère inhérent en chaque être, en un unique instant de grâce, un seul cliché, une seule image. Les mains engagés de « Taquara » de l’ethnie Pataxo au Brésil, le visage de « Yu Wenlan » plus particulièrement impliquée dans la préservation de plantes médicinales en Chine, les portraits de « Salimata » de l’ethnie de pêcheurs Bozos du Mali, de « Kariyyaya » des tribus forestières en Inde, d’«Anhusa» écolière mauricienne ou de « Fono » lors d’un conseil de village au Mali nous plongent bien au-delà d’une représentation humaine, ou d’une ethnie, mais au plus proche ce qui ne se raconte qu’en silence, le parcours de toute une vie.

De la matière humaine, de l’être dans l’humain, Denis Félix glisse ensuite progressivement vers la matière des choses, la trace et l’empreinte du vivant. Avec « Insiders » réalisée sur de magnifiques tirages platine- palladium, ce sont les corps, mains, pieds, cèpes de vignes, cornes d’élan, chambre photographique qui s’expriment en un jeu de reflets, de lumières, d’ombres et d’éblouissements. De ses clichés photographiques aux touches picturales surgissent des formes totémiques, anthropomorphiques qui fixent à jamais l’essence, l’esprit et la spiritualité des formes.

Des sillons d’un visage, à celle d’une flaque, du tréfonds d’un regard aux puissances sensitives du monde, Denis Félix joue des lignes, des volumes, des reflets, des fractures, des traces en des dérives poétiques et expressionnistes.

Avec sa toute nouvelle série, « Intus Memory », Denis Félix nous conduit de son fil d’Ariane en des labyrinthes de réminiscences et nous confirme son aisance à capturer, organiser les formes et à leur donner vie. Avec ce travail tiré sur platine-palladium, il va « découper » plus de 25 ans de négatifs et de plaques de verre photographiés à la chambre, les agencer et nous transporter en des contrées fantasmagoriques. Structurant l’espace par strates, des visages emprunts des vestiges de l’intime, se révèlent et puis se cachent comme pour se rappeler à notre mémoire altérée. De cette mythologie personnelle dont le cadre serait hors du temps, ils composent avec des fragments de vie morcelée, des univers oniriques d’où émergent comme le vague souvenir d’un lieu, d’un voyage, d’un visage, d’une matière.

Suivre le cours des images de Denis Félix est une traversée dans les méandres d’un intime formel, physique et mental propre à retranscrire, l’énergie même du vivant. Distinguer ce qui les relie, c’est toucher du regard en un rêve éveillé, l’essence même de ce qui nous constitue et découvrir les madeleines de Proust d’un très grand plasticien.

*Alumigrammes : Tirages d’art sur aluminium brossé issus d’images réalisées en argentique à la chambre grand format 4X5. Ouvrage - «Au fil de l’homme», Denis Félix, Editions Somogy, 2011.